FRANCK VIGROUX


Artiste protéiforme il évolue dans un univers où se croisent musique contemporaine, théâtre, danse et vidéo.
Après un long parcours dans les scènes de musiques expérimentales underground puis à travers des festivals internationaux, il acquiert une certaine reconnaissance et collabore avec des musiciens majeurs tels Elliott Sharp, Mika Vainio, Reinhold Friedl, Kasper Toeplitz,
Marc Ducret, Joey Baron, Bruno Chevillon, Zeena Parkins ou encore l’Ensemble Ars Nova.

Il s’ouvre au début des années 2000 à la fois à de nouvelles pratiques artistiques et à l’écriture de plateau. Il réalise des « albums concepts » entre texte et musique (Lilas Triste), des films expérimentaux, collabore avec des auteurs de théâtre, des poètes sonores et des chorégraphes.

Attaché à la vitalité de son écosystème il fonde également en 2001 le label DAC records sur lequel il produira de nombreux musiciens de la scène contemporaine. Ses disques sont édités par des labels nationaux (Radio France, Signature) et internationaux (Leaf, Cosmo Rhythmatic, Erototox).

En 2009 il s’installe à New York à la suite de l’obtention d’une bourse Hors les murs de l’Institut Français, il y fera de nombreuses rencontres artistiques et notamment avec l’auteur et chanteur Ben Miller. C’est à cette période qu’il affine et redéfini son projet, dans une volonté de mettre en scène sa musique...
En 2010 il monte ses premières productions, s’appuyant sur la compagnie D’Autres Cordes. Il collabore avec des auteurs et dramaturges tels Laurent Gaudé, Rémi Checcheto, Philippe Malone, Michel Simonot, Kenji Siratori, Ben Miller, des plasticiens de l’image tels Antoine Schmitt, Kurt d’Haeeseler, Félicie d’Estienne d’Orves.
Il noue une complicité particulière avec le metteur en scène et comédien Jean-Marc Bourg avec lequel il crée Septembres de Philippe Malone, Passeport d’Antoine Cassar, et met en musique les Fleurs du mal de Baudelaire.
Il cosigne le spectacle Racloir (textes de Walter Benjamin et Heiner Müller) avec le metteur en scène et musicien Alexis Forestier (Les Endimanchés), ou encore écrit une pièce pour l’ensemble Ars Nova, Broken Circles, à partir d’un texte commandé à Philippe Malone.

De 2011 à 2014 il est artiste associé aux Scènes Croisées de Lozère, structure avec laquelle il réalise de nombreux projets pluridisciplinaires, crée un festival autour des pratiques expérimentales sonores.
C’est en 2010 qu’il invente avec l’auteur et sociologue de la culture Michel Simonot, le festival Bruits Blancs à Arcueil, dans le centre culturel Anis Gras.
Partis du postulat que la porosité entre les arts est trop faible, voir cloisonnée, ils inventent Bruits Blancs un événement dédié aux rencontres entre musiciens, plasticiens, auteurs de théâtre ou de poésie.
Avec les créations des spectacles Aucun Lieu (2013), Racloir (2014), Ruines (2016), il affirme un projet de compagnie qui s’affranchit des disciplines.

Ses concerts et spectacles sont joués dans le monde entier aussi bien dans des lieux dédiés à la musique, que dans des scènes généralistes, des festivals de théâtre, de danse ou d’arts numériques.